Sept années de ma jeunesse sous les Drapeaux,de 20 à 27 ans, de 1939 à 1945








Récit de notre ami René BERNADET des Landes











Ce texte a pour but d’informer les jeunes générations sur ce qu’a été la vie des prisonniers à Graudenz

Mobilisé au 18e R.I. à Pau en septembre 1939, monté au front sur la ligne Maginot en Moselle, début janvier 1940. Débarqué du train à Faulquemont, puis dirigé sur St-Arvold à pieds, de nuit avec tout le barda sur le dos.

Trois jours après, grand rassemblement à Morhange. Séparé de mes copains du 18e , je me suis retrouvé au 82e R.M.I.F. tout de suite dans le bain, en première ligne. Affecté à un groupe de ravitaillement en munitions des avant-postes, presque toutes les nuits. Le sac de munitions d’une main le fusil de l’autre.

Quand les Allemands nous tiraient dessus, artillerie ou armes automatiques, il fallait passer quand même et ce n’était pas toujours facile. J’ai fait cela jusqu’au jour ou le Capitaine m’a fait appeler dans son P. C. pour me dire que le Corps Franc du 82e avait eu beaucoup de pertes. Comme il n’y avait plus assez de volontaires et que j’étais célibataire, il me désignait pour aller dans un groupe qui marcherait avec le Corps Franc. Patrouilles de nuit et embuscades dans le ‘’no mans land’’, terrain situé entre les premières lignes Françaises et Allemandes, voilà quel était notre mission. J’ai fait ça jusqu’au 14 Juin 40. Date à laquelle nous avons été attaqués par la 1ere armée Allemande.

Nous venions de rentrer de patrouille avant l’aube, quand l’artillerie a commencé à nous pilonner. Puis ça été les avions les ‘’stukas’’ qui nous ont bombardés en piqué en faisant leur bruit infernal légendaire. Ce jour là j’ai vraiment vécu l’enfer, des morts, des blessés partout autour de moi. Nous avons résisté jusqu’au milieu de l’après-midi, toujours sur place dans une tranchée en haut d’une colline. Quand nous avons levé les bras, six survivants sur un groupe de douze, les Allemands nous ont emmenés dans un énorme trou de bombe et nous ont offert leurs bidons pour boire.

Ensuite nous avons rejoint une grande colonne de prisonniers et sommes partis à pieds jusqu’à Sarrebruck, premier camp provisoire. Pour nourriture, des morceaux de leur pain noir qu’ils nous lançaient à la volée, comme à des chiens, pour boire, de l’eau dans une baille, à même le sol pour dormir.

Trois jours après, transfert vers le Stalag VA à Ludwigsbourg, ou je suis devenu le K. G. 13383. 1 er ‘’Kommando’’ à Slach en Bavière, 20 prisonniers dans une ferme de 500 hectares. Dormir dans une annexe, une pièce fermée à clef la nuit, barreaux à la fenêtre, paillasses posées côte à côte sur le carrelage, remplies de vermine, nous étions pleins de poux et de morpions.

Un furoncle au derrière et je me retrouve à l’hôpital, ouvert deux fois au bistouri sans anesthésie, j’y ai passé deux mois. De retour au Stalag et 2ème ‘‘Kommando’’ de ferme à Kirschberg dans le Wurtemberg. ‘’Je me rapproche de Graudenz’’. C’est dans ce ‘’Kommando’’ de 20 prisonniers que l’aventure m’est arrivée.

Au mois d’août 1942, un jour de cafard, je m’engueule avec le paysan de 42 ans pas encore mobilisé, qui voulait me faire faire un surplus de travail qui ne me plaisait pas. De l’engueulade on en vient aux coups, je l’envoie au tapis. Son père, un colosse de 70 ans s’empare d’une fourche et me fonce dessus. Je tourne autour d’un pilier et je réussis à le désarmer, ça se passait dans l’étable. Mais voilà, mes gardiens prévenus entre temps, étaient là pour me cueillir. Résultat huit jours de prison à la Compagnie, puis trois mois en cellule à la prison du Stalag, tout seul entre quatre murs, sans sortir, dormir sur des planches à même le sol avec une couverture pour literie.

Le 10 Novembre 42, je passe devant un Tribunal Militaire Allemand à Stuttgart.

Très impressionnant de se trouver debout face à cette rangée d’Officiers Allemands. Parodie de procès auquel je n’ai rien compris, pas d’interprète, on ne m’a posé aucune question et je me suis retrouvé condamné à six mois de ‘’Straff-Compagnie’’, ce qui veut dire, six mois de travaux forcés.

48 heures après j’étais déporté à Graudenz ou j’ai passé l’hiver 42 – 43 très froid. En arrivant, passé à la Prison Forteresse pour les formalités, puis resté quelques temps au ‘’Camp de la Mort Lente’’ avant d’être envoyé à Steindorf. Dans les deux camps, même discipline, même nourriture, mêmes brimades, mêmes travaux, pour moi c’était les wagonnets. Nous dormions dans des baraques non chauffées, par chambrées de 20 prisonniers. Lits superposés de trois étages, paillasses de cinq cm d’épaisseur bourrées de foin mais surtout de puces avec une couverture pour literie. Le matin au réveil les parois donnant sur l’extérieur étaient blanches de givre intérieurement.

Sitôt levés, il fallait aller aux lavabos dans une autre baraque toujours non chauffée. Se mettre torse nu et se laver à l’eau froide, sous la surveillance d’une sentinelle.

Le petit déjeuner consistait en une louche d’eau appelée café, fait avec de l’orge grillé, le tout accompagné de deux tartines de leur pain noir de un centimètre d’épaisseur environ, une pour le matin l’autre pour le soir. Mais comme nous étions affamés et la crainte de se faire voler la deuxième, nous mangions les deux le matin.

Pour les WC, c’était une longue tranchée dans la cour avec une barre en long à hauteur des fesses. On s’assoyait sur la barre, les fesses exposées au vent glacial de la Baltique. Là un détail m’échappe, je ne me souviens plus si on s’essuyait et comment ? car évidemment nous n’avions pas de papier hygiénique.

Avant de partir sur le chantier de la Vistule, c’était le rassemblement dans la cour pour la fouille et le comptage. Interdiction d’avoir des vêtements en double sur soi, celui qui était pris, ils le faisaient déshabiller sur place et le mettait au piquet les mains derrière la tête jusqu’à ce qu’il s’écroule. Les maillots de corps nous étaient supprimés, ainsi que les chaussures. Nous étions en sabots, en guise de chaussettes un carré de tissus appelé ‘’chaussettes russes’’ dans lequel on s’enveloppait les pieds. Après le rassemblement c’était le départ à pied jusqu’à la Vistule où nous étions employés à trois par wagonnet.

Les charger de sable, les pousser, les décharger au bord de la Vistule pour construire une digue, les remonter, les recharger et ainsi de suite toute la journée sous la surveillance permanente des sentinelles, fusil à la main et chien au pied. C’était très pénible, avec les gueulantes et les coups en plus. Pour faire nos besoins, pas question de s’éloigner, il fallait les faire sur place.

A midi, nous mangions debout en trépignant à cause du froid aux pieds. La louche de ‘’soupe’’ en fait de la flotte avec quelques petits cubes de rutabaga, ou bien des feuilles de betterave, ce qui était infect et n’était guère nourrissante, ce qui ne nous permettait pas de résister au froid, environ moins 25° tous les jours.

Un matin en arrivant sur le bord de la Vistule, le vent soufflait si fort et était si froid, que j’avais relevé le col de la vareuse, pour cela j’ai reçu une magistrale paire de gifles et une bonne engueulade.

En bas de la rampe que nous empruntions le matin et le soir. Il y avait un chien devant sa niche et devant lui une écuelle. Lorsqu’il restait quelque chose dedans, ceux qui se trouvaient du bon côté de la colonne, essayaient en passant d’en prendre un peu, malgré les coups de crosse de fusil qu’ils recevaient.

Dans ces camps maudits j’y ai laissé plus de 20 kilos et j’ai failli y laisser ma peau. Les derniers jours je ne sais plus si je poussais le wagonnet ou si c’est le wagonnet qui m’aidait à tenir debout.

Certains soirs, il nous fallait soutenir un camarade trop faible, épuisé, pour le ramener au camp. Je pense que ce sont ceux-là, les plus faibles et les malades qui se trouvent aujourd’hui au cimetière de Graudenz.

Parfois au milieu de la nuit un gardien sadique, comme ‘’neunoeil’’ ainsi surnommé parce qu’il n’avait plus qu’un œil, nous faisait lever et sortir dans la cour, pour nous faire faire la pelote, c'est- à-dire courir, coucher, debout et ainsi de suite sans arrêt. Puis il nous faisait rouler par terre sur le terrain glacé et si on s’appuyait un peu trop sur les genoux et les coudes, les coups de crosse et les coups de pieds pleuvaient, cela durait longtemps. Puis il nous renfermait dans la baraque. Mais allez donc vous rendormir après ça avec le froid et les puces. Si malgré tout on arrivait à dormir un peu s’était à force de fatigue et d’épuisement.

Lorsque nous recevions un colis, ça m’est arrivé, le feldwebel commandant le camp, nous faisait venir devant lui dans son bureau. Nous debout, lui assis devant son bureau avec le colis ouvert sur la table. Il nous disait « vous voulez un biscuit » ou bien « vous voulez un morceau de sucre », puis il nous renvoyait et on ne revoyait plus le colis. Nous faire ça, à nous qui crevions de faim, c’était non seulement une brimade, mais du cynisme, du sadisme.

J’ai déjà dit que nous n’avions pas de sous-vêtements, pas plus de chaussettes et encore moins de mouchoir. Comme avec le froid j’avais toujours le nez qui coulait, je me mouchais par terre, un coup à droite, un coup à gauche et je m’essuyais avec le dos de mes moufles. Finalement, ce que j’ai subi dans les camps annexes de la prison, est peu de chose par rapport à ce qu’ont enduré ceux qui étaient à la Forteresse.

Fin Févier 1943 je suis enfin sorti de ce camp maudit, pour aller au Stalag XX A à THON, mais dans quel état, 50 kilos pour 1 m 81.

Et là comme tous les camarades sortis de Graudenz avant moi, j’ai attrapé la dysenterie. Ce sont les docteurs prisonniers Anglais et Français qui m’ont un peu retapé.

Fin Mars 43, je repars en ‘’Kommando’’ en Pologne, 1 puis un 2ème et un 3ème pour enfin me retrouver au kdo 110 à Brahau près de Bromberg. Là encore des travaux de terrassement, mais aucun rapport avec Graudenz.

J’y suis resté jusqu’au 20 Juin 1944, les armées Russes approchant, on nous a évacués par train (600 KG) vers le Stalag XI A à Alten-Grabow. Trois jours enfermés dans des wagons à bestiaux, sans sortir. Une nuit en gare de Stettin, nous avons assisté à un bombardement de l’intérieur des wagons, par chance notre train n’a pas été touché.

Ensuite du Stalag XI A on nous a envoyés à Magdeburg au S. O. de Berlin kdo 544/18. Notre camp était un chapiteau de cirque entouré de barbelés. Nous allions faire des travaux de terrassement à la BRABAG, usine immense où les Allemands faisaient de l’essence avec du charbon. La dernière année que j’ai passé à Magdeburg, je l’ai passé sous les bombes tous les jours et même la nuit. Dans cette zone industrielle où nous étions, il y avait plein d’usines à détruire. Parmi les vagues d’avions qui allaient sur Berlin, il y en avait toujours une pour nous.

J’ai échappé à la mort plusieurs fois, car nous n’avions pas le droit d’aller dans les abris en béton réservés aux Allemands. Nous étions livrés à nous même dans la nature. Je n’entrerai pas dans les détails ce serait trop long.

Un soir pourtant en revenant au camp, notre chapiteau avait brûlé, une bombe incendiaire était tombée dessus, il ne restait plus rien. Les bombes lâchées par les Américains étaient de 250 et 500 kilos, plus les bombes incendiaires au phosphore.

Un autre jour avec trois copains, une énorme bombe est tombée si près de nous qui étions couchés par terre, que j’ai eu l’impression d’être projeter en l’air.

J’ai compris après coup que c’était la terre qui se tassait sous moi sous l’effet de l’explosion. Lorsque nous nous sommes relevés nous avons vu un trou énorme ouvert à 50 centimètres de nos têtes.

Une nuit vers 22 heures c’est la ville de Magdeburg qui est bombardée, des fusées éclairantes plein le ciel. Nos baraques démolies pour la énième fois. Les Allemands nous ont emmenés les jours suivants faire des travaux de déblaiement. Il ne restait plus que des pans de murs. Là, j’ai vu des dizaines de cadavres recroquevillés, calcinés.

Le 11 avril 45, les sirènes se mettent à hurler, nos gardiens nous disent que c’est l’alerte aux chars sur la ville. Nous passons au camp en vitesse prendre une musette chacun et nous voilà partis.

Nous faisons 50 kms à pieds dans la nuit pour nous éloigner de la ville. Nous passons la journée du 12 dans les bois à proximité de Stendal, nous entendons les canons qui tirent sans arrêt.

Le vendredi 13 Avril dans la matinée, nous assistons au défilé des premiers blindés et motorisés de la 9ème Armée Américaine. Nous faisons nos gardiens prisonniers sans problème.

Le vendredi 13 Avril 1945 dans la matinée nous assistons au défilé des premiers blindés et motorisés de la 9e Armée Américaine. Nous faisons nos gardiens prisonniers sans problème.

Dans l’après-midi du 13, je suis volontaire pour reprendre les armes, à la demande des officiers américains, pour faire la police, le couvre-feu etc… Car la troupe ne suivait pas et il n’y avait plus de corps constitués.

Me voilà donc à patrouiller un fusil en mains. Nous avons fait beaucoup de prisonniers, des soldats qui s’étaient mis en civil chez l’habitant. Nous les reconnaissions aux habits qui à l’évidence n’était pas faits pour eux. J’ai donc patrouillé ainsi tous les jours, jusqu’à l’arrivée de la troupe américaine, fin avril 1945.

Nous sommes repartis dans les camions qui avaient emmené les G.I., direction Hanovre où nous devions être rapatriés par avion.

Mais ce jour là, pas d’avion, nous avons donc pris le train et nous avons mis 3 jours au lieu de 3 heures, avec une ration K Américaine pour toute nourriture pour les 3 jours.

Rapatriés par Maubeuge début Mai 45, en passant par la Hollande et la Belgique.

Le 4 Mai, j’étais enfin de retour chez moi à Sore dans les Landes.

Démobilisé le 15 Mai 45, mon odyssée était enfin terminée.

fin

Texte de René BERNADET

Retour sur la selection d'un livre